Presse / Radio / Télévision

Publié par Corentin leduc, Ouest France, press Océan

 Presse / Radio / Télévision

 

Corentin Leduc démarre ce dimanche un périple autotracté, fluvial et pédestre vers le nord de l’Europe. Il quitte Ligné à 14 h et file vers Oudon, Orléans, Paris… Cette randonnée écoresponsable va aussi permettre d’évoquer ce que font les associations Kalaweit et Koléré. La première œuvre pour la protection des gibbons des forêts indonésiennes, symbolisée par la mascotte Wawa ; la seconde soutient des jardiniers sénégalais, « pour qu’ils puissent vivre du travail de leurs terres et trouver matière à mon troisième roman, Les aventures d' Isak », explique Corentin Leduc.

Arbre de tempête, c’est le nom que l’aventurier a donné à son véhicule à pédales. « L’histoire de cet engin est étroitement liée à un arbre et à une tempête survenue l’hiver dernier, frappant de tout son souffle un grand persistant, explique le jeune homme. Nous avons soulagé l’arbre d’une de ses ramures pour qu’il ne soit pas déséquilibré par cette lourde branche qui, au retour du vent d’Ouest, le ferait chuter irrémédiablement », précise Corentin Leduc.

Une promesse faite au feuillu de se servir de son bois pour la structure de la machine. Le plus difficile dans cette aventure de construction est de calibrer les pièces de bois brut à la scie.

L’intégralité de la fabrication aurait pu se faire avec la noble matière, mais des frottements trop nombreux alliés à une solidité précaire, ont incité l’aventurier à utiliser des matériaux métalliques aux points névralgiques de l’auto, surtout pour des questions de sécurité.

Ainsi, les roues arrière sont des chutes de lambris, les pneus sont fabriqués à partir d’une vieille ceinture de cuir, d’un tissu plié et d’une bande de vieux jean usé ; le siège est en noisetier et en bambou. L’ensemble lacé avec de la ficelle de lin. Quasiment aucun déchet pour cette construction !

« La tente en drap de lin et cousue à la main, est imperméabilisée avec de la graisse de porc. Étanche, elle a essuyé deux orages sans prendre la moindre goutte d’eau à l’intérieur », annonce fièrement le futur voyageur.

Branche de saule et écorces de peupliers pour le canoë

Autre élément essentiel pour cette randonnée, l’embarcation en branches de saule, écorces de peupliers et bambou, étanchéifiée à partir de résine alpestre et de saindoux. Elle a été sécurisée par des bandes de toile de lin enduites de résine à bateau non naturelle. « Le bateau flottait déjà très bien. Toutefois, cela a été ajouté pour la sécurité », a conclu Corentin Leduc.

Ce dimanche, l’aventure démarre à 14 h, de la chapelle Saint-Mathurin, à Ligné. Facebook : Corentin Leduc Auteur et Aventurier.

Merci à Ouest France de m'avoir suivie durant cette Aventure

Merci à Ouest France de m'avoir suivie durant cette Aventure

 Presse / Radio / Télévision
 Presse / Radio / Télévision
 Presse / Radio / Télévision
 Presse / Radio / Télévision
 Presse / Radio / Télévision
 Presse / Radio / Télévision
 Presse / Radio / Télévision
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :